L’inconnue du 17 mars – Didier van Cauwelaert


Quatrième de couverture : « Il fallait que la planète ferme pour que les cœurs s’ouvrent… »
Le 17 mars 2020, par la grâce d’un virus, un sans-abri se retrouve confiné avec une créature de rêve. Est-ce la femme qui jadis enflamma son adolescence, une mythomane, une perverse manipulatrice, ou une ultime chance de survie ? Et si le sort du genre humain dépendait de la relation qui va se nouer, dans une maison à l’abandon, entre un ancien prof de 38 ans brisé par l’injustice et une exilée en manque d’amour ?
Avec ce conte philosophique irrésistible et poignant, au cœur d’une actualité bouleversant tous nos repères, Didier van Cauwelaert entraîne nos peurs, nos détresses, nos colères dans un tourbillon de révolte, de joie libératrice et d’espoir.

Mon avis : Voilà un récit à la fois philosophique et fantastique très intéressant sur cette période de Covid. Cette créature que rencontre Lucas, interroge le lecteur sur l’humain et oui, elle dit avoir créé le virus pour en quelque sorte nous punir de nos agissements sur la Terre et donc de voir si l’être humain est capable de s’entraider face à cette pandémie.
L’auteur dévoile donc à travers cette intrigue ses convictions et son ressenti face au coronavirus, ce que j’ai donc beaucoup apprécié puisque je partage certaines de ses pensées sur ce sujet. Il a également un franc-parler sur le gouvernement actuel (entre autres) qui m’a plu aussi.
Le fait également que la narration est à la première personne à travers le personnage de Lucas rend également le récit agréable malgré le sujet.
Le seul petit bémol que je peux reprocher à ce roman, c’est le petit côté fantastique qui m’a un peu dérouté mais, dans l’ensemble j’ai bien aimé car la plume de l’auteur est dynamique et surtout ça pousse à la réflexion sur notre comportement.
Pour conclure, c’est un récit véridique bien d’actualité que je suis contente d’avoir lu et donc, un auteur que je continuerai à lire.

« C’est fou comme l’esprit humain s’habitue à tout, même à l’inconcevable, pour peu qu’il s’inscrive dans la durée. »

« La tentation de la dictature sanitaire, dans l’intérêt des citoyens, c’est le fantasme de tout homme de pouvoir. Plus de manifs, plus d’opposition, d’assemblée démocratique…Le rêve. »

6 réflexions sur « L’inconnue du 17 mars – Didier van Cauwelaert »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :