Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Bettý – Arnaldur Indridason


Quand j’ai rencontré Bettý, j’ai su que ma vie allait basculer. Elle était magnétique et fatale. J’aurais tout donné pour elle. J’ai même accepté de travailler pour son mari. Mais maintenant c’est moi qui suis derrière les barreaux. Aux de tous, je suis coupable de meurtre. Parce que, si l’amour se joue à trois, il y en a toujours un de trop.


Mon avis : Dans ce roman, le narrateur nous confie comment il s’est retrouvé en prison, comment Bettý l’a manipulé et à quel point elle est jolie, irrésistible mais dangereuse.
On alterne entre le présent avec les interrogatoires et le passé avec la machination de Bettý qui se dévoile petit à petit jusqu’au dénouement. Ainsi, une fois commencé la lecture de ce récit, il est impossible de s’arrêter car on veut absolument découvrir ce que cette dernière a bien pu faire et pourquoi le narrateur est toujours attaché à elle et que c’est lui qui est en prison.
Aussi, l’écriture de l’auteur est efficace et bien rythmée, il n’y a pas de longues descriptions donc aucun temps morts.
De plus, le fait que le narrateur se confie directement à nous lecteur, on ne peut ressentir qu’envers lui une certaine compassion malgré que l’on peut tout de même douter de son innocence.
Pour conclure, je suis très contente d’avoir enfin découvert Arnaldur Indridason avec ce roman.

« C’est curieux comme il est facile de commettre une erreur lorsqu’on n’est au courant de rien. Ce n’est même pas une erreur, tant qu’on ne se rend compte de rien et que c’est beaucoup plus tard que l’on comprend ce qui s’est passé ; tant qu’on ne regarde pas en arrière et qu’on ne voit pas comment ni pourquoi tout cela s’est produit. »

« Une question innocente peut recéler tellement de facettes différentes. »

« Réfléchir est une chose, passer à l’acter en est une autre. »

« Personne ne doit essayer d’être autrement qu’il est. »

Nom en I



Ils en parlent aussi :
IngannmicPietroCathuluKrolKilling79En tournant les pages

Obsession – David Goodis

« Tout commença par un rêve brusquement interrompu. La nuit d’hiver devint réalité et Alvin Darby, bien réveillé, vit l’obscurité de la chambre, la blancheur cotonneuse de la couverture qui recouvrait sa femme dans le lit jumeau… »
Mais l’obsession d’une chevelure blonde qui a réveillé Darby va le précipiter sur les chemins de son passé à la recherche d’une vérité qui lui parait horrible. Il lui faudra descendre en enfer pour comprendre et… accepter.


Mon avis : Bien que les premières pages m’ont un peu dérouté, c’est avec plaisir que j’ai ensuite tourné les pages. Au début, je ne comprenais pas très bien la personnalité de Darby mais plus, j’avançais dans l’intrigue et plus son histoire m’a paru claire.
En fait, Darby a des souvenirs avec sa sœur qui remontent à la surface mais, il ne comprend pas pourquoi il devient obsédé par elle, jusqu’à la voir partout. Son passé ressurgissant va alors bouleverser sa vie mettant en péril son couple.
J’ai ainsi ressenti pas mal de compassion pour lui, même si, à des moments quand il divague, j’avais peur qu’il commette le pire mais en fait non, c’est juste quelqu’un de bien qui souffre intérieurement sans l’admettre.
Le dénouement est vraiment à la hauteur de l’intrigue, il ne me fallait pas une autre fin.
Pour conclure, ce roman noir est une très belle découverte, il se lit très bien et il me donne envie de lire d’autres livres de cet auteur.

Mamie Luger – Benoît Philippon

Six heures du matin : Berthe, cent deux ans, canarde l’escouade de flics qui a pris d’assaut sa chaumière auvergnate.
Huit heures : l’inspecteur Ventura entame la garde à vue la plus ahurissante de sa carrière. La grand-mère au Luger vide son sac, et le récit de sa vie est un feu d’artifice. Il y est question de meurtriers en cavale, de Veuve Noire et de nazi enterré dans sa cave. Alors… Aveux, confession ou règlement de comptes ? Ventura ne sait pas à quel jeu de dupes joue la vieille édentée, mais il sent qu’il va falloir creuser. Et pas qu’un peu.

Mon avis : C’est grâce à une amie qui m’a prêté ce livre que je l’ai découvert et heureusement car, peut-être que je ne l’aurai jamais lu même si, j’ai toujours vu que de bons avis à son sujet mais, je dois dire que ce n’est mon genre de lecture de prédilection.
Autant dire que mise à part le résumé, qui n’en dit pas trop sur l’intrigue, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre.
Au début de cette lecture, ça a l’air assez déjanté, je me suis dis ça a l’air d’être un livre divertissant mais plus on avance et plus il y a de l’émotion car, Mamie Luger a traversé des moments bouleversants, on ne peut pas dire que son existence a été joyeuse. Ainsi, on s’attache à cette centenaire pour qui on ressent un certain respect et que l’on trouve de suite très forte psychologiquement.
L’écriture de l’auteur est tellement parsemé d’humour que les choses qui peuvent paraître terribles dans le vécu de Mamie Luger, nous sont donc décrits de manière « légère » pour que ce livre reste avant tout un bon moment divertissant et non larmoyant.
Pour conclure, vous l’aurez compris, j’ai passé un très bon moment de détente avec ce roman qui se lit d’une traite car c’est bien rythmé et sans temps morts. Bref, je pense que c’est un auteur à suivre !

« Quand on naît en temps de conflit, la paix, on ne connaît pas. »

« Depuis que j’suis petite j’ai pas eu des moments lumineux, donc heureuse, c’est pas dans mes préoccupations. En vérité j’sais même pas si j’y ai droit. »

« Certaines questions simples font trop mal pour y répondre tout aussi simplement. Il faudrait faire face à la vérité, mettre de côté le déni et affronter le constat d’échec. »


Ils en parlent :
Tu vas t’abîmer les yeux, Killing79, Pietro, Mot-à-Mots, Mes échappées livresques, L’Œil noir, Joëlle